Jérôme Le Goff

mirabilis, les photographies

Tirage Numérigraphique HD
sur papier LUSTER 260
Contre collage sur Dibon 2mm
450x300mm
mars 2016

prix: 400 euros

contact: jerome.le-goff@orange.fr

Remerciements à Jérôme Thoumyre

 

« Nous sommes 4. Quatre humains fiers de l’être et ravis de se voir ici dans un monde fou mais serein. Aujourd’hui pour Jerome sans accent chez Jérôme avec accents, nous allons poser nos corps parmi des choses. Ce matin, dans la fin d’hiver du printemps, nous nous sourions en nous serrant la main parmi quelques renards, des brochettes d’insectes ou encore lapins et autre tas et tas de folles matières encadrées à regarder. Il est vrai qu’il n’est pas commun de mettre son enveloppe à nu face à quelques inconnus… mais en fait ce fut rassurant de rejoindre l’immobilité de ces anciennes forces vives du passé, parfois oubliées, surprenantes, parfois interloquantes, et bien sûr souvent questionnées. Là, le loquet de la salle de bain croise la pince d’un crabe, et ici encore le combiné du téléphone me fait rire de se faire homard. Les murs qui nous entourent sont bleus d’un bleu pétrole électrique qui donne à ces différents espaces (salon, cuisine, coin bureau ou chambre) une densité à la fois moderne et poussiéreuse. La sombritude du living-room est diminuée par l’apparition du soleil – non celui du miroir Louis XIV suspendu au pilier au milieu de la pièce – mais de l’astre réel, dehors. Il passe donc au travers d’une porte-fenêtre donnant sur un mini-cloître de lierres, puis par un puits de lumière au plafond de cette étonnante habitation. Pour ma part, même face à mes comparses dévêtus, je ne sais où reluquer et je ne sais que penser : ça respire ou ça étouffe ? Que dire vraiment ? à part peut-être un beau « bravo » à ce doux illuminé qui collecte la mort dans la vie et fait vivre une certaine mort, éloignant ainsi la vie des oeuvres d’une mort certaine. »  Charlotte Goupil